Votre année apicole est sur le point de changer

Abeilles noires 2022

Votre année apicole est sur le point de changer

Votre année apicole est sur le point de changer

L’année apicole peut être divisée en deux moitiés. Une moitié est caractérisée par l’expansion, et l’autre par la contraction. Demain, nous entamons la phase suivante. Que vous viviez dans l’hémisphère nord ou dans l’hémisphère sud, les solstices marquent les limites, les points où les choses commencent à changer.

Le concept le plus important en apiculture

Si je devais écrire un livre sur l’apiculture, c’est ici qu’il commencerait. Les questions relativement peu importantes telles que la façon de nourrir, l’emplacement d’une ruche ou la façon d’inspecter seraient reléguées en annexe. Le “comment” de l’apiculture n’est pas important par rapport au “pourquoi”. Une fois que vous avez compris comment les colonies d’abeilles réagissent à leur environnement – ce qu’elles font et pourquoi – le “comment” devient facile. Vous pouvez vous débrouiller sans instructions parce que vous comprenez le but.

Le mode de vie des abeilles est beaucoup plus facile à comprendre lorsque vous considérez les abeilles comme faisant partie du monde naturel, et non du monde créé par l’homme. Les abeilles répondent aux signaux fournis par la nature et, une fois que vous avez compris leur place dans l’écosystème, leur cycle de vie prend tout son sens.

La fin d'une phase

Le problème vient du fait que nous considérons les saisons d’une manière différente de celle des abeilles. Ici, dans l’hémisphère nord, beaucoup d’entre nous célèbrent le premier jour de l’été. Ciel dégagé, eau chaude, t-shirts et sandales. Mais les abeilles réagissent différemment. Pour elles, le solstice d’été signale le long et lent glissement vers l’hiver. La lumière du jour diminue, la générosité du printemps est suivie de semaines de sécheresse, les sources de nectar disparaissent. Vos abeilles remarquent tout de suite ces changements, même si vous ne les remarquez pas. Bien que cela puisse vous sembler impossible, vos colonies sont sur le point de diminuer.

À l’inverse, si vous vivez dans l’hémisphère sud, vos abeilles vont percevoir un allongement de la lumière du jour. Votre reine va augmenter la ponte, et lentement la colonie va grandir et se préparer à la première poussée de pollen et de nectar. Bien qu’au cœur de l’hiver, cela puisse sembler impossible, vos colonies sont sur le point de grossir. Dans le sud, c’est le moment de vérifier leur approvisionnement en nourriture car la colonie en consommera davantage au fur et à mesure de sa croissance.

Faciliter le passage de vos abeilles à la saison suivante

Certains chercheurs affirment que les abeilles répondent directement aux changements de la lumière du jour, tandis que d’autres disent que ce n’est pas le cas. Mais quelle que soit la façon dont cela fonctionne, nous savons que l’élevage du couvain augmente peu après le solstice d’hiver et diminue peu après le solstice d’été. Vous ne le remarquerez pas tout de suite, bien sûr. Il y a un décalage entre ce que font les abeilles et ce que nous voyons. Cependant, si vous comprenez ce qui se passe dans la colonie, vous pouvez prévoir ce qui va se passer. Agir sur cette connaissance s’appelle l’apiculture.

En juillet, les nouveaux apiculteurs se plaignent souvent que leurs abeilles ne veulent pas passer à une autre ruche, qu’elles ne stockent pas de miel ou qu’elles commencent à être sur la défensive. Ils veulent savoir s’ils doivent réintroduire les abeilles dans le rucher ou les “forcer” à aller dans un autre rucher. D’autres continuent à s’inquiéter de l’essaimage, même si la saison des essaims est terminée et que leurs abeilles sont bien plus susceptibles d’avoir des barbes que d’essaimer.

Mais une fois qu’un apiculteur a compris que sa colonie n’est plus en expansion, il peut l’aider à passer l’hiver en douceur plutôt que de la forcer à faire quelque chose d’anormal. Il en va de même en hiver. Bien que vous ne puissiez pas voir à l’intérieur de votre colonie en hiver, vous pouvez voir votre calendrier. Après le solstice d’hiver, il est temps d’aider votre colonie à entrer dans le printemps, en lui fournissant tout ce dont elle a besoin.

Le printemps est injustement trompeur

Le printemps est décevant pour les nouveaux apiculteurs car le printemps est si facile. Au printemps, les colonies grandissent et se reproduisent comme des fous. Il est presque impossible de ne pas avoir une colonie en plein essor, même si vous ne connaissez rien aux abeilles. Tous les discours que vous avez entendus sur les acariens, les maladies du couvain et la famine semblent ridicules. Il est facile de penser que vos abeilles sont différentes. Vos abeilles n’ont pas ces problèmes, et vous n’avez pas besoin de surveiller les acariens ou de contrôler les réserves.

Même le mois de juillet est assez facile car votre colonie bénéficie des abeilles élevées en juin. Les rapports de colonies mortes commencent à arriver à la fin du mois d’août, peu après que le nombre de varroa par abeille soit monté en flèche. Cela s’explique par le fait que le taux de reproduction des acariens se poursuit allègrement alors que la quantité de couvain d’abeilles diminue fortement. Par rapport au printemps, l’automne est le véritable test.

Le manuel d’apiculture ” L’apiculture mois par mois ” de Jean Riondet, présente un beau graphique de population saisonnière pour les régions tempérées. Il montre que les populations atteignent un pic en juin, baissent à un rythme constant de fin juin à septembre, puis se stabilisent pendant les mois d’hiver. Les populations recommencent à augmenter à la fin du mois de janvier. N’oubliez pas que ces changements ne se produisent pas rapidement. Ils sont presque imperceptibles, tout comme le changement de saison.

Laissez vos abeilles changer leurs priorités

Le message à retenir est simple. Rappelez-vous simplement que vos abeilles sont sur le point de passer à la vitesse supérieure. Dans l’hémisphère nord, les colonies vont bientôt commencer à se contracter. Dans l’hémisphère sud, elles vont commencer à se développer. Lorsque votre colonie fait quelque chose que vous n’attendez pas, demandez-vous si elle est en train de se développer ou de se contracter. Pensez à ce seul fait, et le reste se mettra en place.



Call Now Button